Semaine de l’Egalité F/H

Photo & Dessin de Jeanne Santi – Etudiante aux Beaux-Arts
  • La journée internationale des droits des femmes a été officiellement reconnue par les Nations Unies en 1977.
  • Mais l’initiative existe depuis 1910 et c’est une femme, Clara Zetkin (une enseignante, journaliste et femme politique allemande) qui est l’instigatrice de cette journée de manifestation qui se déroule dorénavant à travers le monde entier.
  • Cette journée a été envisagée dans une perspective révolutionnaire et permet chaque année de faire un bilan sur la situation des femmes, un bilan visible et médiatisé.
  • Traditionnellement et encore maintenant les associations et groupes militant-es manifestent afin de célébrer les acquis et avancées mais aussi pour faire entendre leurs revendications afin de toujours avancer sur le chemin de l’égalité.
  • Ainsi, l’association Parle avec Elles propose une matinée d’exposition et de discussion sur le thème « femmes et appropriation de l’espace public » pour interroger ensemble la situation des femmes en 2019.

Le Jeudi 7 mars (soit la veille de la Journée Internationale des Droits des Femmes) nous organisons une exposition de rue sur le thème de la Place des Femmes dans l’espace public de 10h à 13h à la Place Abbal (Reynerie)

Cette exposition est dans l’optique d’ouvrir la discussion avec le public et de changer temporairement la perspective de cette rue très passante de manière festive et colorée, un arbre totem ainsi que la structure du Raccomptoir seront déployé-es de 10h à 13h.

Photo & dessin de Jeanne Santi – Etudiante aux Beaux-Arts

Il sera proposé d’échanger sur le thème de l’Espace public et des rôles que l’on y prend, et que l’on transmet à nos enfants et de venir écrire des choses ensemble sur l’espace. 

  1. Objectif de Evènement : Lors de cette matinée, nous souhaitons mettre en lumière l’utilisation différenciée et genrée de l’espace public qui place les femmes comme simples passantes à l’inverse des hommes qui s’installent et investissent davantage le territoire public. 
  • Programme et ateliers : début à 10h – fin à 13h. 2 lieux : dans la rue commerçante attenante à la Place Abbal : exposition d’affiches et fanions de silhouettes de femmes ; autour de l’arbre « totem » : deux grandes affiches de silhouettes accrochées à l’arbre sur lesquelles les passant-es pourront écrire + le raccomptoir (affichage d’informations factuelles) comme espace de discussion et de débat (avec prise de son pour Radio Basta).  
Photo & Dessin de Jeanne Santi – Etudiante aux Beaux Arts
Photo & Dessin de Jeanne Santi – Etudiante aux Beaux-Arts

Prix héroïnes extra-ordinaires 2018

Le 20 Juin, deux personnes de l’équipe PAE sont allé-e-s à Paris dans le but de rencontrer l’association « Féminisme Populaire » présidée par Madame Bouchra Azzouz organisant pour la seconde fois le « Prix héroïnes extra-ordinaires » à l’Hôtel de Lassay, à l’invitation du Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur François de Rugy, sous le haut patronage et en présence de Madame Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat à l’Egalité Femmes/Hommes.

Cette cérémonie a pour objectif de mettre en lumière l’émancipation et l’autonomie des femmes qui contribuent au quotidien à la cohésion sociale et favorisent le vivre ensemble en mettant en place des outils permettant la dé-construction des stéréotypes genrés.

Les objectifs de cette association sont : 
  • Former les jeunes filles des quartiers populaires et zones rurales aux métiers et compétences de demain.
  • Mise en place d’un plan d’accompagnement à l’autonomie des femmes dans une démarche d’insertion et d’entreprenariat. 

     

    Dans un futur proche, une collaboration est envisagée dans le but de combattre TOUS ET TOUTES et PARTOUT les inégalités Femmes/Hommes.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrêtons-les !

Dans le cadre des violences faites aux femmes qui est la grande cause du quinquennat du Président Macron, la Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité Femmes/Hommes, Marlène Schiappa a procuré le troisième et le dernier volet de la campagne « Arretons-les! ».
« Ce volet met à l’honneur les témoins qui agissent pour la protection des victimes. »

 

  • Le communiqué de presse ICI 
  • La playlist des vidéos de sensibilisation ICI

Cette campagne d’information et de sensibilisation s’adresse directement aux auteurs de violences sexistes et sexuelles. Afin que cessent les agissements sexistes et sexuels à la considération des femmes et que l’humiliation change de camp, à diffuser sans modération.

Se frotter dans les transports en commun, embrasser une personne sans son consentement, injurier une femme dans la rue sont autant d’actes que beaucoup pourraient encore considérer comme mineurs ou sans gravité.

Rappelons que tout acte d’agression sexuelle et sexiste est fermement puni par la loi. 

Que dit-elle?

  • Le Code pénal sanctionne les auteurs de violences sexuelle par des peines d’emprisonnement et/ou des amendes :

  1. 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende pour avoir imposé à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui portent atteinte à sa dignité en raison de son caractère dégradant ou humiliant ; ou qui créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante (nouvel article 222-33. I. du Code pénal introduit par la loi du 6 août 2012)
  2. 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende pour avoir usé (même de façon non répétée) de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle à son profit ou au profit d’un tiers. Exemple : le chantage (nouvel article 222-33. II. du Code pénal introduit par la loi du 6 août 2012)
  3. 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende pour les cas d’agression sexuelle (articles 222-22, 222-27 du Code pénal) et 15 ans de réclusion criminelle pour le viol (article 222-23 du Code pénal).
  • Le code pénal sanctionne aussi les discriminations liées au fait d’avoir subi (ou refusé de subir) des faits de harcèlement sexuel ou d’avoir témoigné de tels faits (article 225-1-1 du Code pénal et 1155-2 du Code du travail) exemple : licenciement ou sanctions.
  • Le Code du travail (articles 1155-2 et L.1153-1 à L.1153-3) :

  • interdit le harcèlement sexuel
  • interdit également toute forme de sanction à l’encontre d’une personne ayant subi, refusé de subir, relaté ou témoigné d’agissements de harcèlement sexuel.

Les personnes en formation ou en stage sont également protégées. L’employeur est tenu d’assurer la prévention du harcèlement sexuel (article L.1153-5).

Depuis la nouvelle loi du 6 août 2012, il est également tenu d’afficher, dans ses locaux, l’article 222-33 du Code pénal interdisant le harcèlement sexuel.

L’employeur est également tenu d’assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salarié-e-s (article L.4121-1)

  • Le code de la fonction publique (article 6 ter, loi du 13 juillet 1983) :

  • interdit le harcèlement sexuel
  • interdit également toute forme de sanction à l’encontre d’une personne ayant subi, refusé de subir, relaté ou témoigné d’agissements de harcèlement sexuel, ou ayant formulé un recours auprès d’un supérieur hiérarchique ou engagé une action en justice visant à faire cesser ces agissements.
    Il prévoit également la «protection fonctionnelle» des agent-e-s de la fonction publique, titulaires ou non (article 1, loi du 13 juillet 1983) : « la collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté. »

Les textes sont disponibles ICI

Soutenons le projet de nouvelles lois contre les violences faites aux femmes qui se trouve considérablement renforcé.

Circulaire du gouvernement FR

Olivier Dussopt, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Action et des Comptes Publics. Conseiller municipal d’Annonay (Maire 2008-2017), Président des Petites Villes, ainsi que Marlene Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes & les hommes,
Élue, Auteure, et  Fondatrice de Maman Travaille lancent la circulaire du gouvernement FR relative à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans la fonction publique.

Le dossier est disponible ICI

LES FRANÇAIS-E-S ET LES REPRÉSENTATIONS SUR LE VIOL ET LES VIOLENCES SEXUELLES

Mardi 06 Mars 2018, un documentaire a été diffusé sur France 2 autour des représentation sur le viol et les violences sexuelles.

  • Voici le documentaire :

Après recherches approfondies sur ce documentaire, une enquête a été publiée par IPSOS et l’association MEMOIRE TRAUMATIQUE ET VICTIMOLOGIE.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑