Arrêtons-les !

Dans le cadre des violences faites aux femmes qui est la grande cause du quinquennat du Président Macron, la Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité Femmes/Hommes, Marlène Schiappa a procuré le troisième et le dernier volet de la campagne « Arretons-les! ».
« Ce volet met à l’honneur les témoins qui agissent pour la protection des victimes. »

 

  • Le communiqué de presse ICI 
  • La playlist des vidéos de sensibilisation ICI

Cette campagne d’information et de sensibilisation s’adresse directement aux auteurs de violences sexistes et sexuelles. Afin que cessent les agissements sexistes et sexuels à la considération des femmes et que l’humiliation change de camp, à diffuser sans modération.

Se frotter dans les transports en commun, embrasser une personne sans son consentement, injurier une femme dans la rue sont autant d’actes que beaucoup pourraient encore considérer comme mineurs ou sans gravité.

Rappelons que tout acte d’agression sexuelle et sexiste est fermement puni par la loi. 

Que dit-elle?

  • Le Code pénal sanctionne les auteurs de violences sexuelle par des peines d’emprisonnement et/ou des amendes :

  1. 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende pour avoir imposé à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui portent atteinte à sa dignité en raison de son caractère dégradant ou humiliant ; ou qui créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante (nouvel article 222-33. I. du Code pénal introduit par la loi du 6 août 2012)
  2. 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende pour avoir usé (même de façon non répétée) de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle à son profit ou au profit d’un tiers. Exemple : le chantage (nouvel article 222-33. II. du Code pénal introduit par la loi du 6 août 2012)
  3. 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende pour les cas d’agression sexuelle (articles 222-22, 222-27 du Code pénal) et 15 ans de réclusion criminelle pour le viol (article 222-23 du Code pénal).
  • Le code pénal sanctionne aussi les discriminations liées au fait d’avoir subi (ou refusé de subir) des faits de harcèlement sexuel ou d’avoir témoigné de tels faits (article 225-1-1 du Code pénal et 1155-2 du Code du travail) exemple : licenciement ou sanctions.
  • Le Code du travail (articles 1155-2 et L.1153-1 à L.1153-3) :

  • interdit le harcèlement sexuel
  • interdit également toute forme de sanction à l’encontre d’une personne ayant subi, refusé de subir, relaté ou témoigné d’agissements de harcèlement sexuel.

Les personnes en formation ou en stage sont également protégées. L’employeur est tenu d’assurer la prévention du harcèlement sexuel (article L.1153-5).

Depuis la nouvelle loi du 6 août 2012, il est également tenu d’afficher, dans ses locaux, l’article 222-33 du Code pénal interdisant le harcèlement sexuel.

L’employeur est également tenu d’assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salarié-e-s (article L.4121-1)

  • Le code de la fonction publique (article 6 ter, loi du 13 juillet 1983) :

  • interdit le harcèlement sexuel
  • interdit également toute forme de sanction à l’encontre d’une personne ayant subi, refusé de subir, relaté ou témoigné d’agissements de harcèlement sexuel, ou ayant formulé un recours auprès d’un supérieur hiérarchique ou engagé une action en justice visant à faire cesser ces agissements.
    Il prévoit également la «protection fonctionnelle» des agent-e-s de la fonction publique, titulaires ou non (article 1, loi du 13 juillet 1983) : « la collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté. »

Les textes sont disponibles ICI

Soutenons le projet de nouvelles lois contre les violences faites aux femmes qui se trouve considérablement renforcé.

Publicités

Circulaire du gouvernement FR

Olivier Dussopt, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Action et des Comptes Publics. Conseiller municipal d’Annonay (Maire 2008-2017), Président des Petites Villes, ainsi que Marlene Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes & les hommes,
Élue, Auteure, et  Fondatrice de Maman Travaille lancent la circulaire du gouvernement FR relative à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans la fonction publique.

Le dossier est disponible ICI

SEMINAIRE POPULAIRE

  • Origine du projet

L’association Parle Avec Elles mène régulièrement des actions visant à faciliter l’accès à la culture et à promouvoir la mobilité et l’autonomie des familles résidant dans le quartier de la Reynerie.

Après le succès du séminaire populaire sur la désobéissance civile, l’Harmonie sociale hésitait entre deux thèmes : « le penser par soi-même » ou la question des migrations, sujets liées à l’actualité et aux recherches universitaires.

Lorsque, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne a présenté Les Chemins de la République, comprenant le développement du débat public, LHS a proposé dans ce cadre,  à l’association Parle Avec Elles d’aborder un de ces sujets.
« Penser par soi-même » a été retenu.

En Mai 2017, un week-end à l’Asinerie d’Embazac a rassemblé un collectif de personnes fréquentant l’association qui ont partagé leurs expériences en termes de capital culturel, familial, de transmission et de cheminement personnel et ont réfléchi aux obstacles à l’autonomie du sujet.

Trois ont été identifié : le dogme, l’opinion, la tradition.

De retour à la Reynerie, suite à ce moment de partage, des groupes de travail se sont mis en place pour avancer sur la thématique des paroles créatrices également évoquée lors de cette rencontre.

Parallèlement, pour avancer sur le sujet de la tradition, une rencontre a eu lieu au printemps 2017 dans la cuisine expérimentale du Quai des Savoirs avec Laurence Tibère, ethnologue (UTJ2) et Régine Lorfeuvre, auteure de livres de cuisine.

Aouda Azzemou a organisé la fabrication d’une Harira, la soupe de rupture du jeûne de ramadan dans l’Ouest algérien et au Maroc.

Ainsi, fût construit ce séminaire populaire, mélange d’interventions universitaires et populaires avec le soutien constant des responsables du Centre de Promotion de la Recherche Scientifique.

Le succès du précédent séminaire populaire, nous a donc amenés a continuer les temps de réflexions autour de la thématique « croyance et alimentation »

  • Objectifs :

-Développer les échanges entre les familles et créer du lien social

-Favoriser la mixité

DOCUMENTS CONCERNANT LE PREMIER SEMINAIRE :

Penser par soi-même
Présentation (1)

DOCUMENTS CONCERNANT LE SECOND SEMINAIRE :

 Article—L-DEVOLDER—Penser-le-fait-laique-en-institution-reperes-pratiques—Mai-2014

 

LES FRANÇAIS-E-S ET LES REPRÉSENTATIONS SUR LE VIOL ET LES VIOLENCES SEXUELLES

Mardi 06 Mars 2018, un documentaire a été diffusé sur France 2 autour des représentation sur le viol et les violences sexuelles.

  • Voici le documentaire :

Après recherches approfondies sur ce documentaire, une enquête a été publiée par IPSOS et l’association MEMOIRE TRAUMATIQUE ET VICTIMOLOGIE.

Un 8 Mars avec PAE

 

Qu’est ce que le 8 Mars? 

Pour vous y répondre de manière simple, voici un site sur l’histoire du 8 Mars :

http://8mars.info/histoire/

Les équipes de Parle Avec Elles organise depuis maintenant un programme pour cette journée du 8 Mars ainsi que des créations d’outils. (cf photos)

 

Exposition créée par Parle Avec Elles (cf diaporama)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Action de prévention et de sensibilisation aux accidents domestiques

  • Contenu de l’action : 

Organisation de quatre journées de prévention et de sensibilisation aux accidents domestiques.
Deux journées ont été consacrées aux écoles primaires et maternelles des quartiers de Mirail U, Reynerie et Bellefontaine.
Une troisième journée a été ouverte à tous les publics particulièrement les familles et les personnes âgées.
Enfin, une quatrième journée a été consacrée aux personnes âgées, Calyxis et Parle Avec Elles se sont déplacés dans les différentes maisons de retraites du 31100 afin de sensibiliser le plus grand nombre de personnes âgées.

Lors de ces journées, différents ateliers ludiques et éducatifs ont été animés par des partenaires tels que Calyxis (Structure spécialisée dans la prévention des accidents de la vie courante); l’enfant Scop (Association spécialisée dans la petite enfance, accompagnement personnalisé auprès des parents, formations auprès des professionnels) ; des cours de secourisme dispensés par une structure de formation aux premier secours et des animations kiosque CAF.

  • Calyxis a proposé plusieurs ateliers dont : 
  1. La maison Tourisk (tout public)
  2. Quizz Kicetoo (tout public)
  3. Poivre et Sel (personnes âgées)
  4. Oscar et Lili (3-5ans)
  5. Exposition prudent contre les accidents (5-10ans)
  6. Atelier de coloriage et vidéos
  7. Une conférence (adultes)
  • L’enfantScop a proposé une intervention de ce type : 
  1. Aire de jeu libre sécurisée destinée aux bébés
  2. Projection en continu des vidéos sur des thèmes Petite Enfance –> la découverte de soi et des autres ; l’éveil de l’enfant ; les peurs de l’enfant et la sécurité affective.
  3. Affiches de photo-langage sur le développement psychomoteur de l’enfant de la naissance à ses 3 ans.
  4. Jeu de l’oie interactif Parent-Enfant –> « colère et caprices chez le jeune enfant »
  • Les objectifs attendus de cette action ont été : 
  1. Sensibiliser les familles aux risques de la vie courante et quotidienne
  2. Renforcer la prévention des risques domestiques auprès des plus jeunes et plus agés
  3. Découvrir les différents risques et espaces risqués dans le logement et l’environnement
  4. Favoriser l’expression des familles, notamment les craintes des parents
  5. Favoriser l’apprentissage des bons réflexes et bon gestes à adopter

 

Action réussie pour Parle avec Elles et ses partenaires avec environ 350 personnes touchées au total (enfants, adolescents, adultes, à l’école, en famille ou seul)
-7 classes d’école primaires/maternelles du quartier où ont eu lieu la prévention.
-1 groupe d’accompagnement à la scolarité (bas d’immeuble)

-2 groupes de centre de loisir
-1 groupe de maison d’Enfants à caractère social.
-Des familles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑